CENDRARS Blaise :
Les Grands Fétiches



Editeur :

Éditions nomades, Genève, 1er janvier 1986.

12 clichés typographiques et typographie de l’artiste, imprimés sur les presses des Écoles d’art à Genève.


Collation :

20 x 21 cm, en feuilles, coffret Bordeaux de Martin Reitz, titre en noir avec un fétiche rouge (le n° IX) dur le dos. L’un des étonnants clichés typographiques est apposé sur le premier plat des ex. de tête, gaufrage d’un cliché (le n° X) sur la couverture intérieure en Zekallbüttenkupferdruck.


Edition originale :

25 exemplaires sur Zerkallbüttenkupferdruck :10 ex. courants (1 – 10)

5 épreuves d’artiste (e.a. I – V) et 10 ex. de luxe comprenant 3 suites : l’une sur Haruno-cho kami, l’autre en sérigraphie sur papier peigné fabriqué spécialement par Anne Goy et la dernière, annoncée sur Papier de riz du Népal mais en fait sur Vélin d’Arches crème, comprend 3 eaux-fortes inédites de l’artiste, gravées sur ce thème en 1977 au Japon. 12 cliché typographiques : 10 avec le texte, 1 avec le titre et 1 avec le colophon.

Remerciements aux deux complices : Jaques Henry (photographe) et Jean Chalande (typographe).


Illustrateur :

Ici l’illustrateur va plus loin que dans ZENYIT dans le traitement des photos : il a choqué quelques photographes par les formes minimalistes qu’il a obtenues (cf. : le cliché n° X!)

L’impression s’est faite en typographie

La numérotation des pages est du même Bordeaux que le coffret, sauf pour le n° 10 pour lequel le n° est noir et le fétiche rouge


Commentaires :

Premier livre où l’artiste réalise entièrement la typographie, grâce aux presses des Écoles d’Art et la complicité de Jean Chalande (un L, il n’est pas Gérard Challande, autre grand typographe !).

On lit sur le colophon : « En 1916, Blaise Cendrars visitait le British Museum à Londres et y décrivait les Grands Fétiches. En juillet 1983 Thierry Bourquin y retournait pour les photographier : ils avaient changé ! Il les décortiqua, les recomposa et les combina en Kodalith pour créer artisanalement les clichés typographiques qui illustrent ce poème… »

Cendrars réussit à l’artiste…Pages d’une rare beauté.

Lors de son séjour au Japon, il avait commencé à graver quelques fétiches, inspiré par ce poème, dans la foulée de la "Pêche à la baleine ": ce sont ces trois eaux-fortes que l’on retrouve dans la suite de l’édition de luxe, édition qui restera la plus précieuse des Éditions nomades pour longtemps.

Classicisme et modernité deviennent la marque de l’artiste.


Prix :

épuisé


Thèmes :

poésie / typographie / photographie / sérigraphie / Cendrars / Genève / Londres/