RICHARD Hughes :
Cher Blaise



Collection :


Editeur :

Éditions nomades, Genève, 33 novembre 2002 (sic). Typographie (Garamond) de Nicolas Chabloz à Lausanne.

Mots sérigraphiés sur la gravure par Thierry Bourquin en son atelier du Cynence.

« Ce livre a vu le jour grâce à l’entremise d’Oh 7e Ciel à Lausanne ».


Collation :

10 ex « non pliés quelque peu enrichis » :

Boîte de peuplier contreplaqué de 24 x 24 x 24 cm, s’ouvrant par le haut, recouverte sur cinq faces d’un partie différente du livre : les gravures sans le texte avec, sur l’une d’elles, Cher Blaise sérigraphié en bleu.

A l’intérieur on découvre le livre entier, enroulé (19,5 x 210 cm), avec un système d’accrochage renforcé de colombe blanc 600g des Moulins de Larroque et Pombié, le tout plombé d’un morceau d’une plaque de cuivre gravée et encrée (3 x 19,5 cm).

50 ex .pliés à la japonaise s’ouvrant sur la même longueur, avec une couverture de colombe blanc recouverte d’une encre originale, coupée entre le premier plat et le dos sur lequel Cher Blaise  est sérigraphié en bleu.

Titre typographié avec Cher Blaise  sérigraphié en vert.

Ce livre, du même format que L’invention du baiser, n’est pas sans rappeler la collection « brises ».


Edition originale :

60 ex sur Japon Nacré Impérial (déniché par Nicolas Chabloz)10 ex. « non pliés et quelque peu enrichis » : (I – X) ainsi que 50 ex. pliés (1 – 40 et e.a. 1–5).


Illustrateur :

Très longue eau-forte verticale, large de 6 cm, commençant à 26 cm du haut et se terminant à 21 cm du bas. Elle est imprimée en blanc et « rehaussée de Lapsang Souchong et de Chine ». Des mots, tirés du texte, sont sérigraphiés en couleurs sur toute la hauteur de l’estampe.


Commentaires :

33 (novembre) : l’un des chiffre fétiches de Cendrars.

L’auteur, avec une verve et un talent à la hauteur de la Prose du Transsibérien, règle ici son compte avec Blaise Cendrars. Il a hésité à appeler ce long poème « Adieu Blaise » : récits, humeurs, toute une vie d’exégète : nous avons ici un chef-d’œuvre d’une rare densité et d’une plume formidable.

Bravo Hughes !

Soutenu par ce talent, l’artiste n’a pas raté son coup : il nous livre ici son tout meilleur livre à ce jour, à coup sûr.

Salut l’artiste !

Et mille mercis au Blaise d’avoir suscité la rencontre d’Hughes Richard et de Thierry Bourquin (il paraît que l’Ive du 7e Ciel n’y est pas pour rien).


Prix :

épuisé à parution


Thèmes :

poésie / estampe originale / sérigraphie / Cendrars / Richard / Neuchâtel / Jura / Genève / Bourquin /